Comment protéger votre vie privée lors de l’utilisation des assistants vocaux ?

Vous vous êtes sûrement déjà demandé ce que Google, Amazon ou Apple pouvaient faire avec toutes les données que leurs assistants vocaux récoltent à notre insu. Et si nous vous disions que rien n’est laissé au hasard et que chaque mot prononcé est une mine d’or pour ces géants du web ? Ne soyez pas effrayés, il existe des solutions pour protéger votre vie privée. Nous allons les détailler pour vous.

Comprendre les enjeux de la confidentialité

Avant de vous jeter tête baissée dans l’énumération des solutions existantes, il est crucial de comprendre les enjeux de la confidentialité en ce qui concerne les assistants vocaux. Ces appareils collectent et stockent une grande quantité d’informations personnelles. Nous vous expliquons comment les données sont collectées, stockées et utilisées.

Lire également : Les meilleurs outils pour analyser le comportement des utilisateurs sur votre site

Les assistants vocaux, tels que Google Assistant, Amazon Echo ou Apple Siri, sont des appareils dotés d’intelligence artificielle capables de traiter la voix humaine pour répondre à des requêtes. Ils peuvent vous aider à obtenir des informations, à jouer de la musique, à contrôler vos appareils domestiques, etc. Mais pour cela, ils doivent comprendre ce que vous dites, ce qui signifie qu’ils doivent enregistrer et analyser votre voix.

Ces enregistrements sont ensuite envoyés aux serveurs de l’entreprise où ils sont analysés et stockés. Ces données sont souvent utilisées pour améliorer les services offerts par l’assistant vocal, mais elles peuvent également être utilisées à des fins publicitaires. Par exemple, si vous demandez à votre assistant de rechercher une recette de lasagnes, vous pourriez par la suite voir apparaître des publicités pour des ustensiles de cuisine.

Sujet a lire : Stratégies pour augmenter l'engagement sur les réseaux sociaux sans publicité payante

Les recommandations de la CNIL pour une utilisation sécurisée

La Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) a émis plusieurs recommandations pour une utilisation sécurisée des assistants vocaux. Suivez ces conseils pour protéger vos données personnelles.

La CNIL préconise de désactiver l’écoute permanente de l’assistant vocal pour limiter la collecte de données. En effet, certains de ces appareils sont toujours à l’écoute, prêts à réagir dès qu’ils entendent leur mot-clé d’activation. Il est donc recommandé de les paramétrer pour qu’ils ne se déclenchent que lorsque vous appuyez sur un bouton.

Il est également recommandé de supprimer régulièrement les enregistrements de votre voix. La plupart des entreprises conservent ces enregistrements pendant une certaine période (généralement plusieurs mois), mais vous pouvez généralement les supprimer manuellement à tout moment.

Comment paramétrer votre assistant vocal pour plus de confidentialité ?

Pour limiter la collecte de données par votre assistant vocal, il est nécessaire de bien paramétrer votre appareil. Voici quelques étapes que vous pouvez suivre pour renforcer la confidentialité.

Premièrement, optez pour un mot-clé d’activation spécifique. Certains assistants vocaux vous permettent de choisir votre propre mot-clé d’activation, ce qui peut aider à réduire le nombre d’enregistrements accidentels.

Deuxièmement, désactivez la fonctionnalité d’écoute continue si elle est disponible. Certains assistants vocaux sont toujours à l’écoute, prêts à répondre dès qu’ils entendent leur mot-clé d’activation. Si vous pouvez désactiver cette fonctionnalité, faites-le pour limiter la collecte de données.

Troisièmement, supprimez régulièrement les enregistrements de votre voix. La plupart des entreprises conservent ces enregistrements pendant une certaine période (généralement plusieurs mois), mais vous pouvez généralement les supprimer manuellement à tout moment.

Adopter des gestes simples du quotidien

Enfin, des gestes simples du quotidien peuvent aussi vous aider à protéger votre vie privée. Par exemple, évitez de donner des informations sensibles à votre assistant vocal, comme votre numéro de carte bancaire ou votre adresse.

Par ailleurs, éteignez votre assistant vocal lorsque vous ne l’utilisez pas. Même si vous avez désactivé l’écoute permanente, il est toujours préférable de l’éteindre pour éviter tout risque d’écoute accidentelle.

En résumé, même si les assistants vocaux peuvent rendre la vie plus facile, il est important de prendre en compte les risques liés à la confidentialité et à la sécurité des données. Vous pouvez protéger votre vie privée en suivant les recommandations de la CNIL, en paramétrant correctement votre appareil et en adoptant de simples habitudes au quotidien.

Les limites de la protection de la vie privée avec les assistants vocaux

Malgré toutes les précautions que vous pouvez prendre, il est nécessaire de garder en tête que l’utilisation d’un assistant vocal ne sera jamais totalement sans risque en matière de vie privée. En effet, ces appareils sont conçus pour collecter et analyser les informations que vous leur fournissez.

L’enceinte connectée par exemple, une fois connectée à votre réseau Wi-Fi domestique, peut avoir accès à un grand nombre de données personnelles. Si votre enceinte est liée à votre compte Google, elle peut potentiellement avoir accès à votre historique de recherche, votre localisation, vos contacts et votre calendrier.

De plus, l’assistant vocal enregistre tout ce qui est dit après le mot-clé d’activation (tel que "Hey Google" pour Google Assistant). Même si vous pouvez supprimer manuellement ces enregistrements audio, il est possible que des copies soient conservées sur les serveurs de l’entreprise.

Enfin, les assistants vocaux ne sont pas à l’abri des failles de sécurité. Des pirates informatiques pourraient potentiellement accéder à vos données personnelles en exploitant ces failles. Bien que les entreprises mettent tout en œuvre pour sécuriser leurs objets connectés, le risque zéro n’existe pas.

Les alternatives pour une meilleure protection des données

Si malgré toutes ces précautions, vous restez préoccupé par la protection de votre vie privée, sachez qu’il existe des alternatives aux assistants vocaux traditionnels.

Certaines entreprises proposent des assistants vocaux qui accordent une plus grande importance à la confidentialité. Ces appareils utilisent la reconnaissance vocale locale, ce qui signifie qu’ils n’ont pas besoin d’envoyer vos enregistrements audio à des serveurs distants pour les analyser. Vos données personnelles restent donc sur votre appareil.

Il existe également des assistants vocaux open source, qui vous permettent de personnaliser entièrement l’utilisation de vos données. Vous pouvez choisir exactement quelles informations vous souhaitez partager et à quel moment.

Enfin, vous pouvez choisir d’utiliser des assistants vocaux uniquement sur des appareils sécurisés tels que votre smartphone, qui dispose de nombreuses protections de sécurité, plutôt que sur des enceintes connectées.

Conclusion

La popularité des assistants vocaux ne cesse de croître. Si ces appareils peuvent nous faciliter la vie, ils posent néanmoins des enjeux importants en matière de confidentialité. Il est donc important de prendre conscience de ces enjeux et de mettre en œuvre les conseils de la CNIL pour protéger vos données personnelles.

Il faut retenir que l’utilisation d’un assistant vocal n’est jamais totalement sans risque pour votre vie privée, malgré toutes les précautions que vous pouvez prendre. Toutefois, il existe des alternatives pour ceux qui souhaitent bénéficier des avantages des assistants vocaux tout en minimisant les risques associés.

Il est crucial que les consommateurs restent vigilants et informés sur l’usage qui est fait de leurs données. Et vous, comment utilisez-vous votre assistant vocal ?

Copyright 2023. Tous Droits Réservés